Fermer X

UNE NOUVELLE IMPULSION À LA CONSTRUCTION EN TERRE

perspective principale

ARCHITECTES
ARCHIBIONIC
MYRIAM SOUSSAN
LAURENT MOULIN

Dans le quartier résidentiel de Casablanca « Val d’Anfa » s’érige une épure de kasbah contemporaine réinterprétant les concepts architecturaux propres à ces constructions traditionnelles. Un exemple unique qui illustre l’efficacité de la mise en œuvre des parois en Adobe, combinées à la mousse Icynène pour l’isolation et l’étanchéité à l’air : une première mondiale.

En plein cœur de Casablanca, nous découvrons un projet de construction de villa avec transformation sur place de la terre en briques de terre crue (Adobes) utilisées comme éléments de la construction. À la connaissance des auteurs du projet, on reconnait leur démarche écologique prônant un habitat respectueux de l’environnement. Myriam Soussan et Laurent Moulin (Archibionic) proposent ainsi un nouvel exemple de maison bioclimatique, en parfaite synergie avec son environnement immédiat.
La terre locale n’étant pas adaptée à la fabrication d’adobes, elle a été amenée de Ain Atiq et les briques de terre crues ont été confectionnées sur place. Intégrées à une structure en béton armé, elles forment des parois d’une épaisseur de 40cm assurant ainsi l’inertie thermique. Pour la première fois, elles sont combinées à une mousse assurant l’apport en étanchéité à l’air tout en gardant la perméabilité à la vapeur d’eau : la mousse Icynène. Ce procédé innovant a été élaboré en concertation avec le promoteur (Confortisol) qui a proposé l’isolation de sa maison par projection de cette mousse expansive à base de ricin, un produit écologique qu’il commercialise et met en œuvre.
La maison de plus de 400m² est conçue selon des règles précises qui illustrent l’engagement des architectes à proposer des solutions concrètes et accessibles au plus grand nombre. La compacité est le principe bioclimatique le plus simple et le plus économique puisqu’il utilise un minimum de matériaux. Dans ce casci, à la manière des maisons vernaculaires, les architectes se sont livrés à un exercice de compacité maximum en intégrant le traditionnel patio dans une configuration qui le transforme en serre bioclimatique, en plus de ses attributs classiques de ventilation en été. Il fait ainsi office de tampon thermique, atténuant les températures extrêmes en été comme en hiver.


«
La terre locale
n’étant pas adaptée
à la fabrication d’adobes,
elle a été amenée
de Ain Atiq et les briques
de terre crues ont été
confectionnées sur place.
Intégrées à une structure
en béton armé,
elles forment des parois
d’une épaisseur
de 40cm assurant ainsi
l’inertie thermique.
»


«
Dans ce cas-ci,
à la manière des maisons
vernaculaires,
les architectes se sont livrés
à un exercice de compacité
maximum, en intégrant
le traditionnel patio
dans une configuration
qui le transforme
en serre bioclimatique, en plus
de ses attributs classiques
de ventilation en été.
Il fait ainsi office
de tampon thermique,
atténuant les températures
extrêmes en été
comme en hiver.
»


«
Ce type d’habitat
bioclimatique composé
d’un système d’adobes
(brique de terre crue)
et d’une structure
en béton armé,
le tout combiné
à la mousse écologique
Icynène donne
une nouvelle impulsion
à la construction
en terre.
»


«
Il est en outre
parfaitement viable
et adapté au climat
méditerranéen
de la ville
de Casablanca.
»


«
Pour la première fois,
elles sont combinées
à une mousse assurant
l’apport en étanchéité
à l’air tout en gardant
la perméabilité
à la vapeur d’eau :
la mousse Icynène.
»