Fermer X

PAYSAGES ET PAYSAGISTES CONCEPTEURS,
DE L’EXTÉRIEUR

Akram-BN

INTERVIEW
AKRAM EL HARRAQUI

Architecte-paysagiste : un métier encore mal connu au Maroc qui est pourtant à la source même de la culture traditionnelle marocaine et de la conception de toutes les villes nouvelles du XXème siècle. Métier complémentaire à celui de l’architecte, l’architecte-paysagiste est destiné à conforter sa place dans une approche environnementale durable devenue stratégique.

Architecture du Maroc
Qu’est-ce qu’un paysagiste et quelles sont les formations qui sont proposées ?
Akram El Harraqui
Un architecte-paysagiste ou paysagiste DPLG est un concepteur de l’espace extérieur, un acteur de la société impliqué dans la compréhension, l’analyse, la conception et l’aménagement d’un espace paysager à plusieurs échelles : planification territoriale ou rurale, communes, quartiers, parcs, jardins, etc. Il développe également des projets urbains tels que des plans masse de quartiers, des boulevards, des routes, espaces extérieurs de commerces, d’industries, sites et complexes résidentiels, etc. selon la nomenclature de l’International Labour Organization (ILO l’organisme subsidiaire de l’ONU). Sa pratique professionnelle est appelée l’architecture du paysage. L’architecte-paysagiste prépare des concepts et des plans de l’espace extérieur et fait le suivi du chantier. Son travail est constitué comme un bureau d’études avant tout. Il faut savoir que l’architecte-paysagiste n’est pas une entreprise d’espaces verts, ni un producteur de plantes. Certains architectes paysagistes conçoivent des projets qu’ils construisent également mais l’exécution des travaux de paysage est un plus que certains fournissent et non une exigence de la profession.
Pour ce qui est des formations, à ce jour il n’existe aucun programme complet et de niveau pouvant former de nouveaux diplômés architectes-paysagistes au Maroc. Il existe en revanche de petites formations qui permettent d’aborder la notion du métier mais aucune n’est considérée comme complète selon la Fédération Internationale des Architectes-Paysagistes (IFLA). Cependant, cela ne risque pas de durer. Des institutions d’enseignement souhaitant constituer une véritable formation complète ont récement approché notre association pour les accompagner dans le processus d’accréditation.
AM
Certains pays acceptent la dénomination architecte-paysagiste, d’autres pas. Quel est l’enjeu de cette bataille sémantique ?
AEH
En fait, quasiment tous les pays où cette profession existe utilisent la nomenclature architecte-paysagiste. C’est la nomenclature utilisée par la Fédération Internationale des Architectes Paysagistes (IFLA). C’est aussi le terme employé dans le texte de l’International Labour Organization*. Ce métier est classifié dans la même catégorie que les architectes, urbanistes, topographes et designers. Donc en théorie, il n’y a pas d’enjeu à l’échelle internationale sur la dénomination car toutes les instances sont claires sur la question. En revanche, dans certains pays cette nomenclature est interdite car le mot « architecte » compris dans le titre est réservé, souvent même protégé et donc dans certains pays la distinction claire entre les deux champs d’expertise des professions d’architecte et d’architecte-paysagiste ne s’est pas faite. Résultat, pour le moment, il existe encore quelques pays n’ayant pas ratifié un accord pour les architectes-paysagistes d’utiliser le mot architecte dans l’expression architecte-paysagiste. Pour nous, l’enjeu est de suivre l’exemple des pays qui ont déjà débattu sur la question partout dans le monde (même dans les pays africains). Ces pays ont saisi l’évolution de la méthodologie de conception des projets qui nécessitent une approche pluridisciplinaire et donc des expertises diverses pour de meilleurs résultats.

 

… l’art des jardins, des espaces publics ou espaces verts,
des esplanades, et bien d’autres représente
un héritage que
nous côtoyons depuis toujours
à travers
différents lieux.

L’AAPM est le seul organisme
intermédiaire accrédité par l’IFLA
et autorisé à valider la conformité
du professionnel avec les exigences du métier.

 

Pour lire la suite, abonnez vous ici !