Fermer X

LE LOGEMENT SOCIAL EN QUÊTE
DE RÉHABILITATION

KENZI SETTAT

ARCHITECTE
FASSI EL FIHRI

Les débats sont vifs autour du logement social. Il attire les bonnes volontés parmi les promoteurs mais fait l’objet d’un traitement qui ne serait pas à la hauteur des attentes de ses usagers : délais de livraison non tenus, malfaçons au niveau de la construction comme de la finition. Or, les efforts financiers des populations concernées n’engagent-ils pas toute une vie ? Réponse en forme de signal d’alarme du groupe Yasmine Immobilier accompagné par son architecte Fassi El Fihri…

Il paraît à première vue improbable que le groupe Yasmine Immobilier se positionne sur ce secteur de la promotion. L’expérience a pourtant commencé il y a déjà une dizaine d’années et se poursuit aujourd’hui avec trois opérations Kenzi (marque des projets économiques) en cours à Settat, Deroua et Oujda… Par conviction « citoyenne », le groupe applique son expérience reconnue « d’orfèvre de l’immobilier » en faisant appel dans ses opérations économiques aux mêmes corps de métiers et au même architecte, avec la même exigence que pour le haut standard. « Bien sûr, le niveau de prestation est différent mais le principe est identique : respecter nos clients et livrer un produit de qualité », souligne Hind Sebbani, directrice Développement du Groupe Yasmine Immobilier. « Partir de l’expérience du haut standard pour produire un logement pour le plus grand nombre, rentable et habitable est un défi à relever » ajoute Omar Berrada, directeur commercial. Comment dans ce cas offrir pour le même prix (250 000 Dhs) une surface plus généreuse que celle exigée par la législation (soit 61 m2 contre 52 m2) ? « Il faut de bons partenaires, ne pas être trop gourmands sur les marges et jouer sur le long terme »…

Pour lire la suite, abonnez vous ici !

En Kiosque

Evénements