Fermer X

LA NOUVELLE ARCHITECTURE AFRICAINE,
UN SI BEL ESPOIR

single-study-spaces

« L’Afrique sera incontournable dans de nombreux domaines dans ce monde qui vient. Dans celui de l’architecture, de l’urbanisme et du cadre de vie, la marche du continent vers sa modernité est amorcée depuis longtemps ». Voici l’avis d’un des observateurs les plus avertis du continent puisque Boubacar Seck est architecte et travaille entre l’Europe et l’Afrique. AM lui a demandé d’évoquer la montée de la génération qui suit les Koffi & Diabaté, David Adjaye ou Francis Kéré… (voir AM n° 60).

Il y a quelques mois, des jeunes africains, agacés par une certaine image de l’Afrique ont créé un hashtag intitulé #TheAfricaTheMediaNeverShowsYou. Des images de plateaux de bureaux modernes avec des vues à couper le souffle, des lacs roses, des terres rouges ceintes de prairies vertes sur lesquelles sont posées des maisons blanches, des villes de nuit belles comme le jour ont été partagées…. J’ai toujours été dubitatif sur ce genre de démonstration d’un groupe humain et/ou d’une communauté de destins qui tente de prouver sa légitimité ou son aptitude par ce type de décompte. Je suis plutôt un épigone du prix Nobel de littérature Wole Soyinka : « Le tigre ne proclame pas sa tigritude, il saute sur sa proie et la mange ». Mais pourquoi pas ?
Il existe en effet, et à mon avis c’est le plus prometteur, une plus jeune génération issue des écoles d’architecture de grande qualité formée en Afrique du Sud, au Nigeria ou au Togo.
Du côté des propositions, et en réponse à la poussée désastreuse des projets urbains bâtis trop rapidement, des architectes explorent (trop) discrètement des solutions adaptées et situées.
Des pans entiers de cette « nouvelle architecture africaine » font florès au détour de pérégrinations dans les villes du continent.
Ainsi, l’architecte nigérienne Mariam Kamara, fondatrice de l’agence Unite4Design, exhume ses souvenirs d’enfants pour imaginer un espace urbain plus inclusif et des espaces intérieurs plus exclusifs et nous invite à porter un nouveau regard sur l’espace (public et privé)afin qu’une immense partie des usagers (les femmes) n’y soit plus exclue. « Je me suis rendu compte que notre manière, nous les femmes, de profiter de l’espace était de faire semblant d’aller quelque part. Je voulais formaliser cette approche et proposer des circuits acceptables, un centre culturel explosé sur quatre kilomètres ».

«
l’architecte nigérienne Mariam Kamara,
fondatrice de l’agence Unite4Design,
exhume ses souvenirs
d’enfants pour imaginer
un espace urbain
plus inclusif et des espaces
intérieurs plus exclusifs
et nous invite à porter
un nouveau regard
sur l’espace (public et privé)
afin qu’une immense
partie des usagers
(les femmes) n’y soit plus exclue.
»

«
L’Afrique n’a personne à rattraper.
Elle ne doit plus courir
derrière le chemin qu’on lui indique,
mais marcher prestement
sur le chemin qu’elle se sera choisi .
»

En Kiosque

Evénements