Fermer X

LA BIENNALE DE MARRAKECH,
« QUOI DE NEUF, LÀ ? » DU 24 FÉVRIER AU 8 MAI 2016

Reem-Fadda-&-M.-Amine-Kabbaj

À moins de trois mois de son inauguration, que nous promet la 6ème édition de la Biennale de Marrakech ?

Son principe et son propos sont les mêmes depuis son origine – faire intervenir l’art dans les espaces publics et patrimoniaux de la ville de Marrakech et offrir un état des lieux des expressions contemporaines. La façon d’y parvenir diffère d’un commissaire à l’autre. L’art doit être appréhendé aux yeux de Reem Fadda, la commissaire de cette 6ème édition, comme un art « vivant » au service de la société, voire du peuple. Le « Neuf » concerne autant le présent que l’avenir, et il ne peut tourner le dos à l’histoire. Ce sont enfin, les urgences géopolitiques et écologiques – catastrophes naturelles, désertification croissante, déchets – qui alimentent les expressions artistiques, participent aux prises de conscience civiques, déterminent les engagements responsables.

D’un point de vue géographique, Reem Fadda cerne aussi son propos en voyant dans Marrakech le cœur « vrombissant de l’Afrique et du Monde arabe ». Faire état du neuf et de l’originalité, c’est aller puiser dans des continents encore trop peu explorés (Afrique, Asie, Amérique du Sud) et qui apportent leurs propres réponses aux questionnements du monde en prenant leur indépendance par rapport à l’art que l’on voit à New York ou en Europe. Marrakech est aussi le lieu où l’on peut s’affranchir des modalités classiques de l’exposition.

Pour lire la suite, abonnez vous ici !

Reem-Fadda-&-M.-Amine-Kabbaj