Fermer X

VERS PLUS DE VISIBILITÉ ET D’OUVERTURE

_DSC3042

INTERVIEW
AZEDDINE NEKMOUCHE

Le nouveau président du Conseil National de l’Ordre des architectes expose ici les ambitions qu’il entend insuffler : travailler à construire l’image sur le territoire national et international de professionnels qui ont tant à proposer à nos sociétés. Privilégier l’intérêt général plutôt que les intérêts privés… Vaste programme…

Architecture du Maroc
Vous venez d’être élu Président du Conseil National de l’Ordre des Architectes, quelle vision avez-vous de la situation de l’Ordre ?

Azeddine Nekmouche
Effectivement, les architectes ont choisi leurs représentants au Conseil National de l’Ordre des architectes le 21 avril dernier, et le nouveau conseil national constitué a pris ses fonctions le 10 mai 2017. La nouvelle équipe composée de femmes et d’hommes de différents horizons a reçu la confiance des consœurs et confrères pour relever le challenge du renouveau de l’Ordre national. D’abord mettre de l’ordre. La lourde responsabilité que nous devons assumer à un tournant historique de ce métier appelle abnégation et mobilisation de la part de toute la profession.
Notre propos sur ce que devra être l’instance ordinale est simple : S’AFFIRMER, S’OUVRIR ET INTEGRER. Je m’explique : dans un contexte en constante évolution et l’obligation pour l’architecte de composer avec des intervenants multiples, le Conseil National de l’Ordre des Architectes doit impérativement réaffirmer la légitimité de son existence et les fondements de son action, donc remplir la chaise laissée vide et reprendre son vrai rôle de Force de proposition. Son fonctionnement, voire son
organisation, méritent ajustements et modernisation pour enfin se conformer aux missions qui lui sont dévolues par les pouvoirs publics.
Par ailleurs, la configuration de la « future » instance devra donner naissance à un lieu institutionnel de confraternité et d’identité ouvert à tous les architectes.
Les responsabilités du Conseil National lui imposent de devenir de fait une haute autorité de l’architecture, garante de l’intérêt public et de la qualité du service professionnel.
Le Conseil National sera in fine une sorte d’instance de référence, de médiation et de contrôle de tout ce qui touche à l’architecture, à l’urbanisme, au paysage et à la construction dans le seul objectif de l’amélioration du cadre de vie des citoyens.
AM
Quelles sont les priorités de votre action ?
AN
Les enjeux sont considérables par leur ampleur et leur urgence. Ils concernent la profession en interne mais aussi la relation de l’instance ordinale avec les pouvoirs publics et les différents acteurs du monde du bâtiment. Les dossiers prioritaires qui doivent être menés de front se déclinent comme suit :
– L’édition et la tenue du tableau de l’Ordre
– La discipline et le code de déontologie
– Le décret des marchés publics
– La réforme des textes règlementaires régissant la profession à savoir : la loi 16-89, la loi 66-12 et les décrets de son application, en cours.
– Assister l’État à revoir les textes et règlements plus à même de s’adapter à la réalité nationale afin d’encourager la qualité urbaine architecturale et promouvoir les investissements et la création d’emplois.
Le Conseil National a mis en place une nouvelle organisation de ses structures afin d’enclencher le travail sur ces dossiers. L’objectif final est clair : améliorer l’image de l’architecte auprès de l’opinion publique et obtenir des pouvoirs publics des règles du jeu claires et saines, et des textes de lois dignes de la noblesse de la mission d’architecte.

 

La nouvelle équipe composée de femmes
et d’hommes de différents horizons a reçu la confiance des consœurs
et confrères pour relever le challenge
du renouveau de l’Ordre national. D’abord
mettre de l’ordre. La lourde responsabilité
que nous devons assumer à un tournant historique de ce métier
appelle… …abnégation et mobilisation de la part de toute la profession.
Notre propos sur ce que devra être l’instance ordinale est simple :
s’affirmer, s’ouvrir et intégrer.

La femme architecte réussit à s’imposer comme maître d’œuvre face à un milieu
très difficile, où les professionnels sont
si peu nombreux pour s’affirmer devant des maîtres d’ouvrages
dont plus des trois-quarts sont des autoconstructeurs,
des entreprises souvent non organisées.

En Kiosque

Evénements