Fermer X

FEMMES ET ARCHITECTES, DÉFI OU RÉSIGNATION ?

_DSC1917

60% des étudiants en architecture sont des femmes, 10% exercent le métier. La question posée par Architecture du Maroc serait-elle si incongrue, une provocation ou une fausse question ? La Rencontre AM organisée le 23 mars dernier a en tout cas attiré une large et attentive assistance, masculine et féminine, malgré la pluie et l’heure matinale…

Première invitée d’Architecture du Maroc, Anne-Cécile Comar, venue de Paris, a évoqué le parcours d’une femme architecte, mariée à un architecte, confrontée comme toutes ses consœurs, à la nécessité de gérer la famille et de construire son autonomie. La solution ? Mari et femme ont créé chacun leur agence, ce qui ne les empêche pas de travailler ensemble…
ponctuellement. Marie-Cécile a choisi de fonder un collectif regroupant cinq agences et comptant 10 associés assurant ainsi flexibilité et mutualisation. L’Atelier du Pont, c’est le nom de cette structure, est une grande famille qui mène ensemble un travail et même aussi des activités de loisir. Ceci posé, la question de femme architecte n’est plus de mise, même si Marie-Cécile a mentionné sa stratégie sur un chantier pour ne pas se faire traiter d’hystérique.
On garde son calme, contrairement à ce que pourrait se permettre un homme, et on parle posément ! L’Atelier du Pont, agence qui rassemble donc hommes et femmes, a démontré en vingt ans son professionnalisme dans le domaine de la réhabilitation, la rénovation et la reconversion en milieu urbain, un travail sur le patrimoine qui n’exclut pas la conception neuve, avec toutes les difficultés inhérentes à un contexte dense.

En Kiosque

Evénements