Fermer X

BIOMASSE, UNE DES CLEFS DE L’ÉNERGIE PROPRE

Patrick-Jouin-copie

INTERVIEW
PATRICK JOUIN

Au salon Pollutec qui s’est tenu du 24 au 27 octobre derniers à Casablanca, Patrick Jouin présentait son entreprise spécialisée dans la transformation de la biomasse végétale en biocombustible et en électricité. Elle met en œuvre une nouvelle méthode de développement territorial qui a l’ambition de gagner collectivement en partageant la richesse…

Architecture du Maroc
Pouvez vous présenter Green Research : votre back-ground et comment avez-vous été amené à créer cette entreprise ?

Patrick Jouin
Green Research est une jeune entreprise innovante. Nous développons des concepts industriels issus de la recherche qui permettent de valoriser la biomasse végétale ligneuse en la transformant en biocombustible solide et en électricité.
L’innovation se situe dans le concept industriel d’écosystème énergétique répondant aux défis de la transition énergétique en produisant un combustible économique à partir d’une ressource abondante mais faiblement valorisée : la biomasse verte. Notre concept permet de valoriser de nouveaux sous-produits des filières agricole et sylvicole en assurant de nouveaux revenus aux acteurs de ces filières. Il permet aussi aux collectivités de réaliser des économies importantes sur le coût de traitement de leurs déchets verts.
Cette approche multi-acteurs, en ayant une réflexion globale sur la problématique de l’énergie, apporte des solutions au stockage, à la logistique et à la valorisation de cette ressource.
Après avoir passé de nombreuses années dans l’univers du chauffage et de l’export, je suis revenu en France en 2013 et j’ai souhaité pouvoir redéfinir de nouveaux systèmes de revenus correspondant à un meilleur partage des richesses entre les acteurs. Nous avons commencé par un projet de recherche sur la valorisation du fumier de cheval ressource très abondante en Normandie. Un tournant à 50 ans et l’envie d’affronter un nouveau challenge m’a lancé dans cette aventure en fédérant des énergies pour réussir ce projet.

AM
La biomasse serait la deuxième énergie disponible dans le monde. Quel est son principe et les conditions actuelles de son développement ?

PJ
La biomasse désigne l’ensemble des matières organiques d’origine végétale et animale pouvant devenir source d’énergie par combustion (ex : Bois énergie), après méthanisation (biogaz) ou après de nouvelles transformations chimiques (biocarburants). L’énergie tirée de la biomasse est considérée comme une énergie renouvelable avec un bilan carbone neutre.
Les conditions actuelles de son développement, orientées vers le bois énergie et les biocarburants, peut engendrer une utilisation abusive qui risque d’entraîner une raréfaction.
Dans des zones du type Amérique du Sud, c’est ce qui commence à se produire. Nous attachons une grande importance dans nos plans d’approvisionnement à respecter cette dimension. En France le législateur via l’ADEME est particulièrement vigilant sur ce point.

AM
Quel est le niveau de développement de la production d’agro combustibles dans le monde ? USA, Europe, Asie, Afrique ?

PJ
La production d’agro-combustible est particulièrement développée en Amérique et en Europe de l’Est, à partir des sous-produits de l’industrie sylvicole et agricole.
En Afrique, les ressources des sous-déchets des industries du type datte, cacao… sont faiblement valorisées et le marché de l’injection dans les réseaux électriques nationaux est très faible. La déréglementation comme en Tunisie commence à rendre cette ressource intéressante pour produire de l’électricité.

AM
Vous évoquez l’exploitation d’un écosystème et la création d’une économie circulaire par la valorisation de la biomasse. Pouvez-vous expliciter cette nouvelle méthode de développement territorial qui permettrait de gagner collectivement en partageant la richesse ?

PJ
Le concept de système d’innovation repose sur l’abandon de la conception de l’innovation comme processus de décision individuel au profit de la mise en évidence d’un ensemble d’interactions entre les acteurs. La création de ce Système énergétique Agri-Territorial construit à partir de l’étude de projets territoriaux de valorisation énergétique de la biomasse se caractérise par une dynamique d’ancrage local forte ainsi qu’un processus d’innovation.
La transformation de la biomasse végétale en énergie permet de créer des emplois et de faire faire aux collectivités des économies. Ce fonctionnement s’inscrit dans une politique d’économie circulaire et permet d’envisager le système productif comme un cycle naturel, qui considère la biomasse végétale comme des gisements de matières premières, comme une ressource. C’est une nouvelle forme d’économie, dont la croissance est tirée par la préservation des ressources, et dont la valeur ajoutée est redistribuée sur le territoire.
Notre innovation réside dans la mise en place de nouvelles relations et interactions dans le cadre d’un même territoire à finalité économique et durable. Ce rôle central de l’entrepreneur comme vecteur du changement dans les organisations à caractère économique, interpelle la fonction de l’institution. Dans ce projet, l’innovation est une construction sociale et territoriale avec un ensemble d’acteurs.

AM
Vous évoquez une biomasse qui permet de produire de l’électricité et de la chaleur à partir de déchets et rebuts de matières organiques et animales. Y a-t-il d’autres ressources à valoriser ?

PJ
Dans nos process, il est possible de valoriser les combustibles solides de récupération type plastiques en adaptant la technologie.

AM
Usine modulable et mobile ou implantation industrielle ? Quelles sont les possibilités ? Quels sont schématiquement les processus techniques ? Une des phases nécessite de la chaleur pour sécher les intrants, quelle est sa source ?

PJ
Les unités modulable et mobile à capacité réduite 5/7000 tonnes d’intrants permettent de s’adapter aux gisements et évite la massification pour le coût logistique et le bilan carbone. Les unités fixes sont de capacités plus importantes environ 15 000 tonnes d’intrants. Les process techniques sont la préparation de la matière, le séchage et la granulation. La source de chaleur utilisée est la biomasse au travers de générateurs dimensionnés en fonction du taux d’humidité.

AM
Quelles sont les ordres de grandeur d’une unité de production de pellets et quelle est l’échelle de bâtiment ou de territoire concernés ?

PJ
La bonne échelle en Europe est de 10 000 tonnes d’intrants, territoire de 50 000 habitants, surface au sol environ 1 500 m2.

AM
Comment votre structure Green Research intervient-elle d’un bout à l’autre du processus ?

PJ
Trois formules sont possibles :
– Achat et exploitation par des acteurs,
– Co-construction avec investissement minoritaire de Green Research
– Location du process.
Nous construisons avec les acteurs le modèle économique avec l’ensemble de la chaîne de valeur.

AM
Dans des pays comme la Tunisie et le Maroc, quel est le potentiel en matière de déchets et de résidus d’origine végétale ? Comment se posent les problèmes de certifications ?

PJ
Dans les pays du Maghreb, le meilleur modèle économique à partir des biomasses disponibles est une production d’électricité à partir des fractions ligneuses de la biomasse et avec les résidus de la production de compost pour amender les sols.
Cela est rendu possible par le même process.

Propos recueillis par
Florence Michel

En Kiosque

Evénements