Fermer X

TRACÉS NOMADES UNE EXPOSITION À DAR BELLARJ

Zineb Triki

INTERVIEW
MAHA EL MADI
MEMBRE FONDATEUR
ET DIRECTRICE DE DAR BELLARJ,
MARRAKECH

Architecture du Maroc
Quelles sont les missions et les activités de Dar Bellarj ?
Maha El Madi
En premier lieu, la fondation Dar Bellarj s’attache à préserver et partager son patrimoine d’une grande richesse. Elle favorise son réemploi à l’occasion d’initiatives mémorielles et artistiques ; elle le traduit et le restitue comme bien commun au titre d’une histoire au travers de son projet culturel.
La fondation Dar Bellarj est – c’est sa deuxième mission – un lieu propice au développement de projets artistiques. Dans le cadre de l’accueil d’artistes en résidence, les projets créés autour de la rencontre entre les arts et les savoir-faire prennent leur source dans le riche passé du lieu tout en étant résolument tournés vers le présent et, surtout, vers l’avenir. Des artistes du design, des arts visuels, des arts vivants… y viennent pour partager, avec un public toujours plus diversifié, leur vision poétique du monde.
Troisième objectif, la fondation Dar Bellarj offre une plateforme, un lieu de partage et d’échange d’idées, un espace public de la parole pour appréhender la culture dans toutes ses dimensions sous un nouveau jour. Penseurs, artistes et publics y initient une réflexion collective et citoyenne. Enfin, la transmission est au cœur de son projet. Parce que ce sont les enfants et les jeunes qui construiront la société de demain, la fondation Dar Bellarj a souhaité contribuer à leur transmettre des savoirs, leur offrir le champ de l’expérimentation par des ateliers ouvrant à la création, au dialogue entre les arts, les sciences, l’identité et la modernité dans le but d’explorer le vivre ensemble différemment et d’imaginer celui de demain.
Après le décès de Susanna Biedermann en 2007, il m’est apparu incontournable de pouvoir faire bénéficier les mamans de la médina, que j’appelle « Les mamans douées », des mêmes ateliers afin que l’échange puisse se continuer au sein des familles et que le pont du dialogue culturel et artistique s’étende entre les générations.

«
Tracés nomades
reflète justement
l’architecture, la beauté
et l’esthétique de la lettre

dans sa transcription
sur différents matériaux
comme la céramique,
le tissu et même
sur les bijoux, et ce,
à travers les trois
typographies omniprésentes
au Maroc le tifinagh,
l’arabe et le latin.
»