Fermer X

S’ASSOCIER POUR MIEUX AVANCER ?

nb_2

INTERVIEW
NADIA BOUAYAD

La création d’une association de Femmes Architectes est une initiative qui a été dans un certain contexte un petit événement et qui aujourd’hui repense ses missions et ses stratégies. Est-ce parce que les temps ont changé ?

Architecture du Maroc
Quelle est l’origine ou les raisons de l’initiative de créer une association de Femmes architectes ?

Nadia Bouayad
L’idée trottait dans la tête de plusieurs femmes architectes car nous nous sentions isolées à une époque où les femmes étaient peu nombreuses dans le monde du bâtiment et parmi les architectes. À l’occasion de la journée de la femme en Mars 2004, notre consœur Amina Alaoui, en tant que membre du Conseil régional de Casablanca, a organisé une table ronde et a invité deux profils de femmes architectes, Mme Rokia Eddahni, pour un profil public et moi-même pour un profil privé. Nous étions une quinzaine de femmes. Après un débat très intéressant, nous sommes sorties avec la décision de créer une association de femmes architectes. Nous avons créé l’association nationale des femmes architectes nommée AFAM en fin 2004.
AM
Quels objectifs souhaitez-vous atteindre et quelles évolutions attendez-vous ? Avec quels moyens ou quelles stratégies ?

NB
Au Maroc, la profession d’architecte reste réservée à un monde masculin jusqu’en 1960, date de l’autorisation de la première femme architecte française. C’est en 1972 que la première femme marocaine apparaît dans le privé. La première vague d’architectes marocaines exerce dans les secteurs privé et public à partir de 1982. La femme architecte marocaine fait ses preuves chaque fois qu’on lui en donne l’occasion. Elle a des atouts : disciplinée, humble, sérieuse, compétente, intuitive, elle inspire confiance.
Les femmes architectes du Maroc sont de plus en plus nombreuses, soit 20% des architectes dont 55% dans le privé et 45% dans le public. Elles sont intégrées professionnellement au même titre que leurs confrères. Toutefois à compétence égale les femmes n’accédaient pas aux projets publics et privés.

 

C’est en 1972 que
la première femme marocaine apparaît dans le privé.
La première vague d’architectes marocaines exerce
dans les secteurs privé
et public à partir de 1982. La femme architecte
marocaine fait ses preuves
chaque fois qu’on lui
en donne l’occasion.

L’association AFAM
se veut un outil de communication
de l’architecte
à travers les femmes, une expression dans
le monde professionnel qui accompagne
les autres instances
et autres associations…