Fermer X

S’EXPORTER SUR LE CONTINENT

Back-Cover

Un bel engouement pousse aujourd’hui les Marocains à renouer avec leurs racines africaines et leur propre culture. De découvertes en découvertes, ils marquent, par une présence assidue en terre africaine, une nouvelle époque. Celle de la sortie du post-colonialisme, véritable rupture avec l’attitude de dépendance liée à des habitudes inculquées par les colons. C’est la fin de la navrante indifférence entre peuples voisins, délibérément ligués contre leurs ressemblances, tous unis dans le rapport à l’Occident comme modèle de référence pour un développement à atteindre coûte que coûte. Il s’agit de refléter son image dans son propre miroir, sans détour, avec un désir de relations intra-africaines et d’échanges équitables.

D’autant que le modèle premier s’étiole à force de murs de protection, de visas pour immigrants, de peurs du terrorisme, de remparts contre la pauvreté…

Cette nouvelle voie, nous avons voulu la suivre à travers le secteur de la construction.

En effet, depuis plus de 15 ans que la revue AM Architecture du Maroc est sur le marché, elle a acquis de l’expertise. Elle discerne la tendance de construction en Afrique non pas comme une mode passagère, mais comme une progression promise à une belle réussite.
Notre pays bénéficie de sa récente et fulgurante évolution dans les domaines d’édification de villes nouvelles, de quartiers d’affaires, d’infrastructures d’envergure, de la mobilité urbaine, des réhabilitations de sites historiques, de construction d’ensembles résidentiels et touristiques, d’équipements dans des régions rurales. De plus, la réalisation de ces projets répond aux exigences mondiales de « smart city », du respect de l’écologie, de l’économie d’énergie, de la préservation de l’eau… A cet égard, le Maroc aujourd’hui sert d’exemple dans de nombreux domaines, c’est pourquoi il a pu accueillir la COP22 à Marrakech.
Bien que la concurrence demeure difficile, les hommes et femmes d’affaires avertis sont accueillis avec satisfaction en Afrique subsaharienne, d’autant que S.M. le Roi Mohammed VI leur ouvre la voie d’accès à ces pays.
Nous vous présentons ici un numéro qui met en avant l’expertise marocaine à l’export. Autrement dit, le savoir-faire qui a acquis ses lettres de noblesse dans le pays avant de se confirmer au-delà des frontières. Nous nous sommes attachés à comprendre les processus et pas seulement l’aboutissement du clef en main, l’objet architectural final. C’est pourquoi, nous vous proposons les projets de la fondation BMCE pilotée par le Dr Leila Meziane Benjelloun dont l’énergie au travail n’a d’équivalent que son exigence du respect des savoir- faire locaux. Les écoles « medersat.com » ont un cachet particulier sur le plan architectural mais aussi pour l’enseignement dispensé et l’accueil des professeurs. Le modèle a été créé pour les régions enclavées du Maroc et s’exporte facilement au Sénégal ou en Côte d’Ivoire. Les petits villages de pêche constituent aussi une belle réussite dont le concept s’exporte grâce à l’architecte Mehdi Berrada. D’autres projets sont encore à découvrir dans ce numéro qui consacre l’expertise en partage pour un développement durable local mais qui agit à l’échelle du continent. Une contagion positive qui s’exerce à partir de la confiance en soi et de l’utilisation de ses atouts sur son propre territoire.