Fermer X

L’HABITAT DE DEMAIN

Perspective

À l’heure de l’épuisement des idéaux et des manipulations génétiques, à l’heure où la croissance mondiale vacille et où les sceptiques s’élèvent contre la révolution technologique, l’habitat montre des pistes de développement. Ce qui sonnait comme un film de science fiction est devenu réalité. La domotique traque le confort pour démarrer à distance la machine à laver, éteindre le four ou mettre la musique avant de rentrer chez soi. Les « smart homes » seront connectés et pourront être pilotés via un téléphone à partir de capteurs répartis dans toute la maison qui envoient des signaux à une application mobile pour actionner le chauffage, allumer les caméras de surveillance, ouvrir la porte du garage, choisir une émission à la télévision. Tout cela en un simple clic. En parallèle, la peur du terrorisme se manifeste dans le monde à travers un habitat de survie. Pour se défendre, l’homme invente de nouveaux concepts, érigé contre l’ennemi, la maladie, la guerre et les maux récents de notre planète. Mais la grande tendance de l’Histoire demeure le kilométrozero qui prône la construction en matériaux locaux, la réduction de consommation d’énergie, le recyclage des déchets et de l’eau… À la campagne, la maison passive pourra s’auto-suffire. Dans toutes ces voies de recherche, ni le logement intelligent, ni le Survivalisme, ni l’éco-construction ne visent le vieux modèle du « mieux vivre ensemble ». Les communautés dressent les murs des « gated communities » comme rempart contre les « autres ». Les architectes poursuivent des modèles vers d’avantage d’autonomie. La mixité urbaine se réduit à un vœu pieux. L’espace commun en partage se resserre dans le logement économique offrant quelques services alibi, dont le fameux trio « four-hammam-mosquée ». À terme, la cité ne sera plus qu’un assemblage de poches d’urbanisme électif et de quartiers privatifs. L’immobilier résidentiel n’agira plus sur le développement du tracé urbain. En attirant les investisseurs privés qui répondent au marché sans résoudre les problématiques complexes de densité ou de carence en équipements et infrastructures (confiée à la gouvernance locale), l’avenir n’intègrera pas l’insoutenable croissance des villes du futur. Dans ce numéro, nous avons relevé toutes ces tendance chez les architectes nationaux avec un habitat qui s’éloigne de la dimension culturelle. À l’avenir, nos logements seront donc hauts, propres, intelligents et écologiques, mais seront-ils propices à la convivialité ? On peut en douter.

Selma Zerhouni