Fermer X

ARCHITECTURES DE LUXE

COUV-AM-66

Ce numéro estival a pris une allure légère en élargissant le domaine de l’architecture au life style. Il invite le lecteur à une ballade autour du terme « luxe » en explorant l’architecture dans sa double composante d’art et de technique. Ce faisant, les frontières créatives tombent. Elles ouvrent sur le monde du design et de l’artisanat d’art dans des domaines très variés aussi bien technologique qu’artistique. Toutes ces recherches contribuent au bien-être et offrent un mode de vie où le confort, l’ambiance, la qualité des textures, des matières, des couleurs, des odeurs, des sons… sont combinés pour un art de vivre d’exception.
C’est pourquoi vous allez découvrir des espaces à l’architecture raffinée, au design rare, tantôt pour un jardin, une boutique ou une cuisine. Les auteurs ont cherché à réaliser un objet remarquable dans la ville ou simplement servi le désir du donneur d’ordre d’être bien chez soi, dans son travail, dans sa voiture…
L’aménagement intérieur prend une place prépondérante dans cette édition. Car les habitants de maisons luxueuses tiennent à garder l’anonymat et à ne pas être copiés. Alors la rédaction est allée traquer tout ce qui favorise la créativité des architectes, des designers, des artisans, des artistes… Tout produit de luxe qui agit sur le mode de vie et tend à améliorer la stricte nécessité, tout ce qui
semble somptueux et pourrait paraître superflu. Et nous n’avons pas été déçus ! La grande qualité de ce que nous vous proposons devient raffinement par sa réalisation impeccable. Cela sera un papier peint tissé main, une pièce de joaillerie mais aussi des chaînes musicales uniques, des téléviseurs, des luminaires de dernières technologies que la domotique piste pour des amateurs.

On peut affirmer que le luxe va bien au Maroc ! À croire que les cultures gardiennes des traditions comme la nôtre sont aisément inclusives des savoir-faire du monde. La recherche du raffinement est un mécanisme ancré chez nos concitoyens. À voir les grandes marques qui s’installent, les malls, l’engouement pour le design d’artistes, la recherche de signatures… On peut se rappeler la notion intraduisible de « smak ou taouil » dans laquelle on élève les jeunes filles pour soigner la présentation de leur intérieur dans un florilège de détails ingénieux et innovants.
Cette démarche confine à l’esthétique qui devient une attitude éthique pour celui qui ne ménage aucun effort pour éviter la banalité. Pour celui qui parvient à écarter le brouillage des médias et de la communication pour suivre ses propres inclinaisons. Là, le faste n’est plus indicé à l’ostentation coûteuse de la mode mais à l’épurement et au minimalisme. Mais n’est-ce pas là encore la grande tendance historique d’aujourd’hui qui conforte l’écologie et le développement durable ?
Pour nos lecteurs en vacances, nous sommes allés dans les magasins, les industries, les ateliers d’art pour offrir cette première ballade. Puis nous reprendront cette lancée dans la même veine pour accueillir l’automne à la rentrée.

Selma Zerhouni