Fermer X

DES ÉCOLES BIOCLIMATIQUES AVEC LES RESSOURCES DISPONIBLES

ecole-primaire-biocliamatique-oulad-merzoug-cgoodplanet-3-retouchee

En 2005, Yann Arthus-Bertrand créait l’association GoodPlanet dans le prolongement de son travail artistique et de son engagement pour l’environnement. Elle est devenue Fondation Reconnue d’Utilité Publique (FRUP) en 2009, une preuve de confiance qui permet d’inscrire ses activités dans la durée. Le Maroc est l’un des cadres de son action…

La Fondation GoodPlanet a pour objectifs de mettre l’écologie au cœur des consciences et susciter l’envie d’agir concrètement. Ainsi, elle sensibilise le public à la protection de l’environnement et l’invite à un mode de vie plus respectueux de la terre et de ses habitants. Pour ce faire, elle propose des solutions réalistes et optimistes à travers des programmes fédérateurs qui s’adressent à tous les publics.
Le secteur du bâtiment est un contributeur significatif d’émissions de gaz à effet de serre (GES). En France par exemple, le secteur immobilier représente 21% des émissions GES, 41% des déchets et 43% des consommations d’énergie. Les sources d’émissions GES se situent à deux niveaux :
– la construction, avec les matériaux, la logistique de chantier et la gestion des déchets ;
– l’utilisation, essentiellement la consommation d’énergie liée au chauffage et/ou à la climatisation.
En cohérence avec ses missions de sensibilisation, d’éducation et de démonstration par l’action, la Fondation GoodPlanet pilote un programme de construction d’écoles bioclimatiques dans plusieurs pays, grâce au soutien de mécènes. Le principe de base de notre démarche est d’utiliser les savoir-faire traditionnels et des matériaux locaux et naturels, associés à des techniques modernes parasismiques et d’efficacité énergétique adaptées aux conditions climatiques locales. Les projets sont toujours menés avec des partenaires locaux et avec les communautés, ce qui assure la bonne appropriation et donc leur pérennité.


«
Le principe de base
de notre démarche
est d’utiliser
les savoir-faire traditionnels
et des matériaux
locaux et naturels, associés
à des techniques modernes
parasismiques
et d’efficacité énergétique adaptées
aux conditions climatiques locales.
»


«
Les projets sont toujours menés
avec des partenaires locaux
et avec les communautés,
ce qui assure la bonne appropriation
et donc leur pérennité.
»

Pour lire la suite, abonnez vous ici !