Fermer X

VILLA GAPI : LA NOUVELLE BOÎTE À DOUCEURS…

4. gapi8

ARCHITECTE
LOTFI SIDI RAHAL

Dans la belle artère casablancaise qu’est l’avenue Franklin Roosevelt, où fleurissent des Villas de «marques» dédiées aux salons de thé ou à la pâtisserie…, la Villa GAPI en tant que label national vient s’aligner sur les franchises internationales par son implantation et sa configuration spatiale. Le promoteur a donné carte blanche à l’architecte Lotfi Sidi Rahal pour proposer une architecture singulière qui met l’eau à la bouche.

Une boîte à pâtisserie enveloppée par des rubans qui se retournent, telle était l’idée première de l’architecte, matérialisée par un bâtiment en forme de cube en verre enveloppé par des modules thermoformés en KRION. Ces « rubans » blancs laissent transparaître par endroits une première peau en Alucobond Bronze qui rappelle les couleurs de la marque Orange / Bronze et Blanc. Leur disposition dans les angles permet, de l’intérieur, une vue imprenable sur l’avenue. Le défi principal de la conception était de mixer dans un espace aussi réduit (509m² de terrain) tous les ingrédients voulu par la maison mère : une pâtisserie avec ses ateliers, un salon de thé ainsi qu’un restaurant gastronomique avec ses cuisines… Le tout en assurant fonctionnalité et fluidité.

Ce cahier des charges s’est traduit par une distribution logique des espaces. L’entrée par le rez-de-chaussée suit les modules (25cm de largeur et 3,6m de longueur) en KRION qui se déploient et pénètrent latéralement le volume en créant par la même occasion la séparation intérieure entre le salon de thé et la pâtisserie. Le blanc des murs et des modules contraste parfaitement avec le marbre Portoro  du sol. À l’arrière de la vitrine en forme de serpentin se trouve une porte dérobée qui mène vers les ateliers. La disposition des éléments de la vitrine séquence cet espace « showroom » grâce aux creux qu’elle crée. « Le back office » contient l’administration et les ateliers de cuisine en rez-de-chaussée et en sous-sol. L’architecte a même conçu une aire de livraison digne des grands hôtels.

À l’étage, une ambiance complétement différente. Résolument VIP, la conception du restaurant respire le luxe. Le revêtement mural « Or » qui démarre à droite de l’entrée invite à la découverte de l’étage. On aperçoit en bout de parcours deux « blobs », deux formes non identifiées, en bois qui attisent la curiosité. Le sol est revêtu de moquette sombre multicolore et les colonnes, structure porteuse décalée, sont habillées en cuir Camel. Le plafond en noyer offre un jeu de volumes, aussi esthétique qu’acoustique. Les deux « blobs » face à l’escalier contiennent tout simplement les sanitaires avec deux ambiances strictement opposés : sombres et or pour les hommes, claires et lumineuses pour les femmes.

L’élément le plus intéressant de ce bâtiment est la dimension recherche et innovation. L’architecte a tenu à exploiter les matériaux utilisés jusqu’au bout de leurs possibilités et à pousser les entreprises dans leurs retranchements pour des résultats spectaculaires. Tout a été prototypé en partant du module en KRION, de l’agrafe qui le maintient à la structure, en passant par les meubles qui ont « presque » tous été réalisés en miniature. La domotique n’est pas en reste puisque toutes les commandes des lumières intérieures et extérieures sont gérées depuis une tablette.

En Kiosque

Evénements